Facebook menace d’interdire aux Australiens de partager des articles

4 septembre 2020 | Actualités entreprise | By Annuaire_pros | 0 Comments

Facebook a menacé mardi d’empêcher les utilisateurs et les organisations de médias en Australie de partager des actualités si le gouvernement prévoyait de forcer les géants du numérique à payer pour le contenu.

Les Australiens seraient empêchés de publier des actualités locales et internationales sur Facebook et Instagram, a déclaré la société, affirmant que cette décision n’était «pas notre premier choix» mais le «seul moyen de se protéger contre un résultat qui défie la logique». les mesures les plus agressives prises par un gouvernement pour limiter le pouvoir des géants numériques américains, le gouvernement australien a rédigé une législation pour forcer Facebook et Google à payer les agences de presse locales en difficulté pour le contenu ou à faire face à des millions de dollars d’amendes.

Les mesures forceraient également la transparence autour des algorithmes étroitement surveillés que les entreprises technologiques utilisent pour classer le contenu.

Le directeur général de Facebook Australie et Nouvelle-Zélande, Will Easton, a déclaré que la refonte proposée «ne comprend pas la dynamique d’Internet et nuira aux organisations de presse que le gouvernement tente de protéger».

«Plus déroutant, cela obligerait Facebook à payer les agences de presse pour le contenu que les éditeurs placent volontairement sur nos plateformes et à un prix qui ignore la valeur financière que nous apportons aux éditeurs», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Il a également accusé l’Australian Competition and Consumer Commission (ACCC), qui est en train de rédiger le règlement, d’avoir «ignoré des faits importants» lors d’un processus de consultation qui s’est terminé lundi.

L’ACCC suppose que Facebook profite le plus de ses relations avec les éditeurs, alors qu’en fait l’inverse est vrai », a-t-il déclaré.

« Les actualités représentent une fraction de ce que les gens voient dans leur fil d’actualité et ne sont pas une source de revenus importante pour nous. »

Easton a déclaré que Facebook avait envoyé 2,3 milliards de clics sur les sites Web d’informations australiens au cours des cinq premiers mois de 2020 pour une valeur estimée à 200 millions de dollars australiens (148 millions de dollars américains) et se préparait à diffuser Facebook News en Australie – une fonctionnalité lancée aux États-Unis l’année dernière. où le géant de la technologie paie les éditeurs pour les nouvelles.

«Au lieu de cela, nous nous retrouvons avec le choix de supprimer complètement les actualités ou d’accepter un système qui permet aux éditeurs de nous facturer autant de contenu qu’ils le souhaitent à un prix sans limites claires», a-t-il ajouté.

«Malheureusement, aucune entreprise ne peut fonctionner de cette façon.»

Google a également fait campagne avec force contre les changements proposés, créant des fenêtres contextuelles sur le moteur de recherche avertissant que «la façon dont les Australiens utilisent Google est en danger» et exhortant les YouTubers du monde entier à se plaindre aux autorités australiennes.

La législation se concentrera dans un premier temps sur Facebook et Google – deux des entreprises les plus riches et les plus puissantes du monde – mais pourrait éventuellement s’appliquer à n’importe quelle plate-forme numérique.

Il bénéficie d’un fort soutien des médias locaux et devrait être introduit cette année.







Votre soutien aide Le Courrier Australien à survivre et cela signifie que nous pouvons continuer à offrir un journalisme de qualité qui est ouvert à tous dans le monde gratuitement.

Pendant cette crise sanitaire et économique, la publicité est en chute libre, notre journal a donc besoin du soutien de ses lecteurs pour poursuivre sa mission d’informer quotidiennement des milliers de personnes.

Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, est si précieuse pour notre avenir.


LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*